Aménagement extérieur : le gazon synthétique, ce joli trompe-l’œil

 

Le gazon synthétique est de plus en plus présent dans les jardins, dans les aires de jeux, les terrains et les parcs. Il se présente comme une solution pratique pour avoir de la verdure toute l’année. Découvrez les spécificités de cette alternative au gazon naturel.

De quoi est fait un gazon synthétique ?

Il s’agit d’un rouleau de tapis constitué de fibres qui s’inclinent dans le même sens. Quand la direction des fibres est respectée, le gazon est homogène. Il offre alors une belle vue qui se rapproche du naturel. Ainsi, il joue parfaitement le rôle qui lui est attribué, celui d’imiter la pelouse naturelle. À une différence près, il ne demande pas beaucoup d’entretien. Pour apprécier les autres avantages de cette fausse pelouse, suivez le lien https://www.elagage-eloy.be/

Les fibres peuvent être en polyéthylène, en polypropylène, en polyamide ou en nylon.

Les fibres de polyéthylène sont douces au toucher. Elles résistent aux intempéries, à l’usure, à l’écrasement et aux UV.

Les fibres de polypropylène séduisent, car elles ne sont pas chères, mais aussi parce qu’elles résistent à l’abrasion.

Les fibres en polyamides, quant à elles, offrent une excellente résilience. Le tout est tissé sur un support en polyuréthane. Ce sont d’ailleurs ces matériaux composants qui font la différence en qualité et en prix du produit. Le gazon synthétique à fibres en polyamides s’installe avec ou sans remplissage.

Les critères pour choisir son gazon synthétique

La qualité est le premier critère à prendre en compte pour le choix d’un gazon synthétique. Il faut également examiner le poids des fibres, la perméabilité, la densité, la longévité, ainsi que la résistance. Le plus important est de prendre un gazon à brins identiques. Cela joue sur la densité. Il faut en effet que les brins soient uniformes et ne soient pas trop distancés. Ensuite, plus le Dtex est élevé, meilleure est la qualité du produit. 22 000 brins par mètre carré sont la référence de qualité. Côté perméabilité, pour éviter que les eaux de pluie stagnent sur la pelouse, la densité doit être de 60 litres par minute et par mètre carré. La résistance à l’arrachement fait référence à la résistance du gazon en question. Cette mesure s’exprime en Newton. Elle est mentionnée sur le produit. Bref, un gazon synthétique doit pouvoir résister à tout pour être qualifié de bon produit.

La pose d’un gazon synthétique

Vous avez décidé d’installer du gazon synthétique. Deux catégories d’options s’offrent à vous :

La première (et la plus sûre) est le recours aux professionnels. Des magasins spécialisés dans la vente de gazons synthétiques peuvent aussi vous proposer d’installer leur produit. Sinon, vous pouvez solliciter un jardinier compétent pour le faire à votre place.

La deuxième, c’est de le faire vous-même. Ce n’est pas facile, certes, mais avec les gestes pratiques vous pouvez y arriver. Vous devez prendre les mesures correctes de la superficie à couvrir. Vous devez aussi répondre à certaines questions :

  • Sur quel genre de surface allez-vous poser votre fausse pelouse ? Sur une dalle en béton, sur du carrelage, sur du bois ou sur du ciment ?
  • À quelle fin sera-t-elle utilisée ? Pour revêtir un balcon, une terrasse ou un jardin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *